Helloween

Black, Dark, Death Metal

BIOGRAPHIE COMPLÈTE

Postée par : maddolet
Ajout/Modification de la Bio
Après un premier mini-album 5 titres sobrement intitulé Helloween, le groupe sort son premier album Walls of Jericho en 1985, où Kai Hansen assure chant et guitare. Il y est accompagné de Markus Grosskopf à la guitare basse, Michael Weikath à la guitare et de Ingo Schwichtenberg à la batterie. L'énergie et la vivacité du rythme alliées aux parties de guitares rythmiques construites (riffs) et aux solos rapides mais néanmoins mélodiques, apporte un nouveau souffle au heavy metal et participe à l'émergence d'un nouveau genre : le power metal, ou speed mélodique.

Kai Hansen ayant des difficultés à assurer en même temps guitare et chant, le groupe embauche un nouveau chanteur, Michael Kiske, et sort en 1987 Keeper of the seven keys : part I. Cet album leur assurera une renommée mondiale et se classera assez bien en Angleterre. Outre la maturité musicale, la conception graphique participe au succès des albums :

une pochette aérographiée d'Uwe Karczewski (qui avait déjà signé les deux premières pochettes) ;
des dessins humoristiques du dessinateur belge Frédéric Moulaert (qui signera aussi la pochette du Live in the UK).
Sort ensuite en 1988 leur album certainement le plus connu Keeper of the seven keys part II. Cet album finit d'installer la réputation du groupe. Ce diptyque renoue avec la tradition des albums concept des années 1970, avec une certaine unité de construction (une courte introduction musicale, un morceau final d'environ 1/4 d'heure) et de thèmes (les conséquences néfastes de l'activité humaine, l'autodestruction, l'exploitation des autres) qui se termine par une quête pour délivrer le monde de ses malheurs dans une ambiance médiévale-fantastique, les « duels » des guitaristes symbolisant la lutte du bien contre le mal (morceau Keeper of the seven keys).

En 1989, le groupe sort un album concert, consécutif à leur tournée européenne de 1988, et qui est publié sous deux formes en raison d'un problème avec leur label : Live in the UK et I want out, la deuxième version contenant moins de morceaux.

Cette situation entraîne un passage difficile pour le groupe qui traverse des tensions avec son label qui débouchent sur des procès entre celui-ci et le groupe. Les conséquences pour le groupe sont désastreuses : ils doivent rembourser leur label et se voient interdits de sortir des disques ailleurs qu'en Europe et au Japon. Kai Hansen quitte le groupe à cette époque pour fonder Gamma Ray, tout en gardant de très bonne relation avec ses anciens collègues, comme en témoigne les private jokes échangées, via les crédits des albums, sur le papier hygiénique dans les hôtels des tournées…

Kai Hansen est remplacé par Roland Grapow, et dans ces conditions difficiles, auxquelles s'ajoutent des rumeurs persistantes de séparation du groupe, sort en 1991 Pink Bubbles Go Ape, album qui sera éreinté et qui ne rencontrera quasiment aucun succès. Des tensi
ns commencent à apparaître au sein du groupe.

En 1993 sort l'album Chameleon qui, loin de sortir le groupe de la crise, l'y plonge un peu plus. Le style de l'album tranche radicalement : tout en gardant le côté mélodique et construit des morceaux, la musique est plus lente et moins agressive, ce qui rebute certains fans. Le batteur Ingo Schwichtenberg est écarté du groupe pendant la tournée à cause de ses troubles mentaux (schizophrénie) et de ses problèmes d'alcool et de drogue. Il sombrera plus tard dans la dépression et finira par se suicider en se jetant sous un train.

En 1994, le groupe signe sous un nouveau label et sort l'album Master of the rings avec un nouveau chanteur, Andi Deris (ancien chanteur de Pink cream 69) et un nouveau batteur, Uli Kusch. C'est le retour du succès pour le groupe, l'album reçoit enfin des critiques positives et le groupe présente une vraie cohérence entre ses membres. Suit en 1996 The time of the oath, qui consolide le succès déjà acquis par Master of the rings. Le double-album concert High live suivra la même année, puis un autre album intitulé Better than raw en 1998 ; toujours avec la même formation sort en 1999 un album de reprises, Metal Jukebox. Le groupe semble avoir trouvé son rythme de croisière.

En 2000 sort The Dark Ride puis des tensions apparaissent à nouveau. Après la tournée, Michael Weikath, qui reproche à Uli Kusch et à Roland Grapow de ne pas se concentrer assez sur le groupe mais trop sur leurs projets solos, les évince du groupe. Le groupe traverse alors une période de flottement. Ils recherchent de nouveaux musiciens ; Mark Cross est embauché pour assurer la partie de batterie, mais tombe malade et est finalement remplacé par Stefan Schwarzmann qui prend place dans le groupe aux baguettes. Sascha Gerstner remplace pour sa part Roland Grapow à la guitare. Est donc finalement publié en 2003 l'album Rabbit don't come easy qui remporte un certain succès auprès de la critique et du public et le groupe part en tournée. En 2004 après avoir assuré la tournée de l'album, il retourne en studio en vue d'enregistrer un nouvel album, "Keeper of the Seven Keys - The Legacy" qui est sur le marché depuis le 31 Octobre 2005. Outre le nom, il s'agit de leur vision moderne de la suite des premiers classiques du groupe. Il ne faut pas s'attendre à une copie des deux premiers, mais plutôt une continuité de leur style actuel. L'album est disponible en CD Double. En février 2007, le groupe sort un Live de leur dernière tournée intitulé "Live In Sao Paulo".

line-up helloween:

Andi Deris (né le 18 août 1964 à Karlsruhe, Allemagne) : chant
Michael Weikath (né le 7 août 1962 à Hambourg, Allemagne) : guitare
Sascha Gerstner (né le 2 avril 1977 à Stuttgart, Allemagne) : guitare
Markus Grosskopf (né le 21 septembre 1965 à Hambourg, Allemagne) : guitare basse
Dani Loeble (Pas de renseignements) : batterie