Steve Vai

Hard Rock

BIOGRAPHIE COMPLÈTE

Postée par : Dji
Ajout/Modification de la Bio
Steven Siro (aussi appelé Grima Langue de Serpent) Vai est né le 6 juin 1960 au Nassau County Hospital de New York. 4e enfant d'une famille de 5, il grandit à Carle Place (Long Island, NY).

Il débute la musique avec un orgue, instrument de musique offert pour son sixième anniversaire. À l'âge de 10 ans, il joue également de l'accordéon. Finalement, il touche sa 1re guitare à 13 ans.

Il prend des cours chez un guitariste du coin, Joe Satriani[2], âgé de seulement 4 ans de plus que lui, mais qui possède déjà une réputation dans les environs. L'histoire raconte que Vai partageait au début certains cours avec un autre ami : 2,5 $ au lieu de 5 $[3].

Il joue dans différents groupes, plus ou moins importants, et commence à se forger son identité musicale. Il étudie à la fameuse école de musique de Boston, le Berklee College of Music. Il réussit à retenir l'attention de Frank Zappa grâce à son savoir théorique qui lui permet de transcrire des parties musicales extrêmement complexes car issues d'improvisations de Zappa, et surtout grâce à sa maîtrise parfaite de la guitare. Un an après avoir envoyé une cassette démo de la chanson The Black Page, il est engagé dans le Frank Zappa Band : à 19 ans, c'est le plus jeune membre du groupe. Une anecdote raconte que pour améliorer ses performances guitaristiques, le jeune Vai aurait dormi avec un métronome battant la mesure à 60 dans le creux de l'oreille.

À partir de 1983, il laisse de côté le groupe de Zappa et enregistre ses 2 premiers albums : Flex-Able et Flex-Able Leftovers. Il ne rencontre pas un succès direct ; c'est une autoproduction, enregistrée sur un petit magnétophone 8 pistes. Toutefois, une chanson va le faire reconnaître au sein de la communauté guitaristique : The Attitude Song. Petit à petit, le monde de la guitare découvre en Vai des ressources harmoniques, rythmiques et techniques encore inexplorées.

Il gagne en reconnaissance, joue de plus en plus devant un public sans cesse croissant. Il interprète même un rôle au cinéma dans le film Crossroads. Il est par la suite contacté pour remplacer Yngwie Malmsteen au sein du groupe Alcatrazz. Il enregistre avec ce groupe l'album Disturbing The Peace en 1985. À peine la tournée avec Alcatrazz achevée, il est enrolé par David Lee Roth, l'ex-chanteur de Van Halen. Il compose avec son groupe l'album Eat 'Em & Smile. C'est l'époque de la révélation. Il fait les couvertures de dizaines de magazines, la couverture médiatique est énorme. Alors qu'il commence à travailler réellement sur son album solo, il rejoint Whitesnake le temps d'un album.

Son album solo Passion & Warfare sort enfin en 1990. Sa musique possède des textures, des atmosphères et des impressions nouvelles. Sa technique alliée à une multitude d'expérimentations en studio donnent une profondeur teintée d'ésotérisme typique de Steve Vai. Il y joue de la guitare 7 cordes qu'Ibanez a spécialement conçue pour l'occasion, utilise l'harmonizer de manière créatrice, mélange les figures rythmiques et use du tapping offrant ainsi un cocktail musical nouveau. On peut également y entendre d'anciennes idées ou d'anciens thèmes, présents dans ses réalisations précédentes, développés et mûris.

1993 : Sex & Religion. Alors que tout le monde s'attend à ce que Vai reste dans les chemins qu'il a tracés avec Passion & Warfare, il opte pour une composition radicalement opposée. Il s'offre les services de l'excellent bassiste TM Stevens et du batteur de renommée mondiale Terry Bozzio, un ex-musicien de Zappa. Il incorpore un chanteur canadien, âgé de 19 ans à l'époque, Devin Townsend. Steve Vai donne également de la voix dans cet album.

1995 : Alien love secrets est un retour aux sources en quelques sortes. La facette « compositeur » de Vai est laissée de côté afin de donner plus de liberté et de fougue à son jeu de guitare. C'est un album où sa maîtrise technique s'affiche sans complexe, avec tout de même cet univers ésotériq
e en filigrane. Chaque album possède son lot de prouesses et de découvertes sonores, ici on peut y découvrir une voix imitée à la guitare, au timbre peu habituel. Cet album est offert en guise d'apéritif en attendant le prochain « vrai » opus.

1996 : Fire Garden. Un album concept qui ouvre de nouvelles perspectives et de nouvelles sonorités. Toujours en décalage avec les attentes de son public, Steve Vai chante ici sur une grosse partie des titres. On y (re)découvre son habileté de compositeur avec l'œuvre en 4 parties Fire Garden. Sa recherche sonore est constante, les guitares ont toujours des timbres différents.

Il débute en compagnie de son ami Joe Satriani le G3. Un show pour les aficionados de la guitare avec un concept simple mais efficace : les 2 pointures Vai et Satriani ainsi qu'un invité de marque, comme Eric Johnson, Michael Schenker, Patrick Rondat, Brian May, John Petrucci, Adrian Legg ou encore Yngwie Malmsteen, se retrouvent sur scène et jouent chacun un mini set avant de finir en jam à trois. C'est un succès colossal : Amérique, Europe, Japon.

1999 : The ultrazone. Vai se met au goût du jour en incorporant de nombreuses instrumentations électroniques. Il rend hommage à son mentor Zappa, dans la chanson Frank. Son rôle de chanteur est complètement assumé. La musique mêle effort de composition et haute énergie purement rock 'n' roll. Sur la chanson Asian Sky, il invite le guitariste Tak Matsumoto et le chanteur Koshi Inaba du groupe japonais B'z. Il offre à son public de nombreuses tournées dans le monde entier. Il crée aussi une fondation Make a Noise, afin de promouvoir l'apprentissage de la musique. Il crée son propre label Favored Nations et produit des artistes aussi différents que possible.

2001 : Alive In An Ultra World. C'est un double album live d'inédits enregistrés lors de la tournée mondiale. Pour chaque titre, Steve Vai s'est inspiré de la culture et de la tradition musicale locale en intreprétant dans chaque pays visité lors de la tournée, la chanson qui reflète le mieux la culture locale. Plus qu'un album concept live, c'est un véritable tour du monde musical qu'offre Steve Vaï à son public.

2005 : Real Illusions. Le dernier album studio en date, très bien accueilli par le public. Il s'agit d'une belle performance musicale, technique et spirituelle (élément déterminant pour Steve, en perpétuelle quête d'inspiration). Le cd comporte de belles chansons modernes telles que Building the Church ou Midway Creatures. Ce disque permet à Vai d'exprimer son talent dans tous les domaines. À noter le titre Lotus Feet (nominé aux oscars du meilleur titre rock instrumental 2005) mêlant sa guitare et l'orchestre (le Metropol Orkestra) néerlandais. Les autres titres comme Freak show excess sont plus punchy et énergiques et portent bien leurs noms. L'album se termine en douceur sur une balade acoustique I'm your secrets.

2007 : cette année s'annonce riche en nouveautés pour Steve Vai. En effet, le guitariste a décidé de renouveler le thème de ses concerts, notamment par un changement des musiciens qui l’accompagnaient ces dernières années. Le guitariste garde Jeremy Colson (batterie) et Dave Weiner (guitare rythmique) dans sa formation, ajoute Bryan Beller à la basse, Zack Wiesinger comme soliste d'ouverture, et enfin Alex DePue et Ann Marie Calhoun (violon, violon électrique).
En outre, son dernier double-album, intitulé Sound Theories (reprenant quelques uns de ses thèmes avec Steve à la guitare accompagné du fameux Metropol Orkestra néerlandais dans le premier CD ainsi que tout un second CD uniquement exercé par l'orchestre jouant des morceaux symphoniques composés par Vai), est sorti le 26 Juin.

Il a également composé un morceau pour la bande originale du jeu Halo 3

Steve Vai est reconnu en tant que virtuose planétaire et guitariste émérite de part sa composition, défricheur ayant popularisé la 7 cordes, fondateur d'un genre et technicien.